Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Anne pour  Histoire(s) de Mode

D'où naît la tendance ?

3 Juin 2010, 09:23am

Publié par Anne Histoire(s) de Mode

 
"C’est à la mode", "c’est ten­dance", "c’est la ten­dance du moment"... Mais d’où ou de qui vient l’idée ori­gi­nale ? Comment finit-on par l’accep­ter sans nous inter­ro­ger comme la « nou­velle ten­dance » ?
Tout d’abord, il est à préciser que les cycles de modes se répètent. Plus un style ou une cou­leur sont dits « démodés », plus ils ris­quent d’être la ten­dance de la sai­son pro­chaine.
 
Mais d’où vient la ten­dance ?
La mode peut par­fois sem­bler super­fi­cielle, elle n’en reste pas moins sen­si­ble aux for­ces qui influent sur notre société : les évènements mon­diaux, le cli­mat social, etc. Il n’y a par exem­ple aucun intérêt à ven­dre des vêtements colorés à une popu­la­tion déprimée ou des vêtements som­bres à une popu­la­tion surex­citée et opti­miste. Une ten­dance reflète donc d’abord l’humeur générale d’une popu­la­tion. L’appa­ri­tion d’imprimés « camou­flage » et « esprit mili­taire » dans les col­lec­tions 2001-2002 fai­saient suite aux atten­tats ter­ro­ris­tes de 2001 et n’étaient pas une coïnci­dence. Plus récem­ment, la crise écono­mi­que a encou­ragé cer­tains sty­lis­tes à s’éloi­gner de l’opu­lence et de l’extra­va­gance en s’orien­tant vers un style plus "grunge" et rebelle.
Le res­pect de l’envi­ron­ne­ment étant un thème d’actua­lité, nous obser­vons aujourd’hui un retour vers des matières natu­rel­les : coton, lin, fils biodégra­da­bles qui ins­pi­rent le retour à la tra­di­tion et le dévelop­pe­ment des valeurs humai­nes.
Le pays et la culture, dans les­quels s’exprime la mode, exer­cent égale­ment une grande influence sur l’adop­tion d’une nou­velle ten­dance. Quand Christian Dior a sorti son « New Look » en 1947, c’était pour encou­ra­ger les Parisiennes à retrou­ver leur féminité et à se faire plai­sir, après la guerre, période marquée par les écono­mies et la sobriété. Cette mode a été sui­vie en Europe mais ne l’a pas été en Amérique, où le gou­ver­ne­ment décou­ra­geait l’extra­va­gance et pro­mou­vait plutôt un style épuré et clas­si­que.
 
L’ influence des créateurs :
Ce sont les bureaux de ten­dan­ces qui don­nent aux créateurs des infor­ma­tions très uti­les sur les ten­dan­ces qui vien­nent de la rue, des jeu­nes notam­ment, ten­dan­ces ves­ti­men­tai­res, musi­ca­les, cinémato­gra­phi­qes, etc... Le talent du créateur est de les réintérpréter avec sa créati­vité et son style, par­fois de les anti­ci­per, et par­fois même de ne sui­vre que sa seule intui­tion.
Les grands créateurs ont bien sûr une immense influence sur notre garde-robe.
L’année dernière, Christophe Decarnin chez Balmain a sorti une col­lec­tion de ves­tes de motard et de per­fec­tos en cuir, à clous, avec gros­ses épau­let­tes, négli­gem­ment portées avec des marinières. Et que voit-on le plus dans les bou­ti­ques actuel­le­ment ?
 
Certains créateurs sont entièrement res­pon­sa­bles de modes désor­mais acqui­ses. La petite robe noire de Coco Chanel, le trench de Burberry, ou encore les pièces popu­la­risées par Yves Saint Laurent : les saha­rien­nes, le caban, les cos­tu­mes, le smo­king pour fem­mes, les cuis­sar­des, etc.
Un autre exem­ple : obser­vez bien les filles cet été... Il est à parier que suite à la col­lec­tion de Karl Lagerfeld pour Chanel été/prin­temps 2010, elles vont tou­tes inves­tir dans une paire de sabots pour être à la pointe de la mode.
Tout n’est pas si sim­ple bien entendu. Il y a par­fois des « ratés » chez les créateurs. Au début des années 1990, la créatrice Britannique Vivienne Westwood a tenté de relan­cer la mode des chaus­su­res com­pensées. Ce sont ces fameu­ses chaus­su­res, mesu­rant 12 cm pour un talon de 22 cm, qui sont res­pon­sa­bles de la chute mémora­ble de la top model Naomi Campbell, en plein défilé. Une photo qui à l’époque a fait le tour du monde ! Tout le monde s’en sou­vient, mais la publi­cité ne fut pas des meilleu­res car il fau­dra atten­dre la fin des années 90 pour que la ten­dance accro­che enfin, grâce aux Spice Girls, groupe musi­cal féminin. 
 
Le rôle des publi­ci­tai­res :
Suite aux défilés, les cam­pa­gnes publi­ci­tai­res et les gran­des éditions de mode ont pour mis­sion d’interpréter les col­lec­tions et de sus­ci­ter chez les lec­teurs le désir de les imi­ter.
Dans les années 80, Calvin Klein a par exem­ple sorti toute une série de pho­tos publi­ci­tai­res qui mon­traient le slip au-des­sus du jean avec le nom de la mar­que bien en évidence.
 
Les muses de la mode, de Jackie Kennedy à Kate Moss :
On attri­bue de plus en plus la nais­sance de cer­tai­nes ten­dan­ces à cer­tai­nes célébrités. Jackie Kennedy fut un sym­bole de la mode pour les fem­mes du monde entier pen­dant toute sa vie. Au cours de la cam­pa­gne présiden­tielle de son mari, elle a lancé la mode des tailleurs pour femme, des robes sans man­ches, des cha­peaux, le fameux « Jackie look ». Même quand son style a évolué, les fem­mes l’ont sui­vie vers des tailleurs pan­ta­lons aux jam­bes lar­ges, des fou­lards en soie Hermès sur la tête portés avec des lunet­tes de soleil lar­ges et noi­res. C’est elle aussi qui a com­mencé à por­ter des jeans en public !
De nos jours, Kate Moss – top model anglaise – sem­ble être une référence en matière de mode. Elle cher­che à com­mu­ni­quer la sim­pli­cité, le style décontracté chic. C’est elle qui a popu­la­risé les shorts en denim sur col­lants, le jean "skinny", les ves­tes sans man­ches, le style taille haute, les "Ugg boots", les bal­le­ri­nes et même les imprimés à tête de mort et de léopard.
 
Et le cinéma ?
La culture cinémato­gra­phi­que influence égale­ment la mode : c’est Diane Keaton dans Annie Hall qui a donné envie aux fem­mes de por­ter des cra­va­tes, Bonnie & Clyde qui a réintro­duit le béret. Qui peut oublier Uma Thurman et sa che­mise blan­che sim­ple et sexy dans Pulp Fiction ? Et même John Travolta dans Saturday Night Fever qui a donné envie aux hom­mes de por­ter le cos­tume blanc.
Récem­ment, la den­telle, le noir et le style gothi­que de nos col­lec­tions d’hiver peu­vent sans doute être attribués à la nou­velle mode des films et séries sur le thème des vam­pi­res, comme Twilight.
 
En résumé...
Si nous pen­sons bien connaître ce qui nous plaît et ce qui nous va, si nous som­mes per­suadés que nous ache­tons essen­tiel­le­ment en fonc­tion de nos goûts et de nos besoins, la réalité est que nous som­mes influencés en per­ma­nence. Influencés par les pro­fes­sion­nels de la mode et les publi­ci­tai­res, qui savent par­fai­te­ment com­ment jouer sur nos désirs et com­ment ren­dre un vêtement ou un acces­soire indis­pen­sa­ble.
Finalement, nous som­mes tous vic­ti­mes d’un système qui, s’il ne devient pas un escla­vage, peut être bien diver­tis­sant !

Pour en savoir plus sur la mode et la ten­dance, nous vous conseillons le livre de Gilles Fouchard : « La Mode, idées reçues », Le Cavalier Bleu Editions 2004.
Article publié avec l'aimable autorisation de
Image-Attitude, agence de conseil en image, coaching et formation

Plus d'informations sur : Image-Attitude.com

Commenter cet article